Qu'est-ce que le cuir végétal?

Le cuir dit « végétal » porte, rien que par son nom, son lot de contradictions. En effet, au-delà même de l’oxymore et par définition, il s'agit de la peau d'un animal, une peau qui a été transformée et qui fait référence à son type de tannage : un tannage végétal. Employé pour sa connotation éthique et naturelle par les marques et créateurs de modes bio, cette appellation trompe bien souvent les acheteurs qui pensent acquérir un « cuir »  issu d'arbres et de plantes.

quartier-tanneurs-Fes.jpgLe tannage du cuir consiste à transformer les peaux animales en cuir par un traitement chimique qui modifiera entre autre, sa souplesse et sa résistance. On parle de tannage minéral lorsque sont utilisés les sulfates de chrome, dans la grande majorité de la production mondiale de cuir, et plus rarement, les sels d'aluminium ou les sels de zirconium.
Si le tannage au chrome est le plus fréquent, c'est parce qu'il est d'emploi plus rapide et d'un coût moindre. En revanche, on ne peut lui vanter de qualités environnementales et sanitaires pour les ouvriers des tanneries, malgré les nouvelles réglementations qui se veulent de plus en plus strictes. (le chrome 3 est « autorisé », en revanche le chrome 6, dérive du premier, est normalement interdit).

Pour ce qui est du tannage végétal, c'est une vieille histoire qui date du temps des premiers hommes. Aujourd'hui, le savoir-faire de nos ancêtres a évolué et l'on distingue plusieurs sources de tanins végétaux, tels que les bois, les écorces, les racines ou les feuilles de différentes espèces végétales, pour des rendus tous aussi différents. Le cuir végétal peut s'obtenir au bout de 10 jours ou aussi bien après 8 semaines, selon son traitement, alors qu'un cuir au tannage chimique sera prêt en 24h.

Néanmoins, on ne peut enlevé au tannage végétal, dans la plupart des cas, des modifications chimiques et la certaine pollution engendrée par ses traitements industriels (coupe des arbres, traitements pour l'extraction des tanins...), même si le tannage minéral est incomparablement plus polluant avec l'emploi de ses métaux lourds tels que le chrome, et ses produits déversés dans les sols et rivières.

En fin de compte, si l'industrie de la mode préfère mettre en avant le côté écologique du tannage du cuir, elle se garde bien en contrepartie de communiquer sur les procédés  plus polluants de la chaîne de production du cuir, comme les émissions de sulfure d'hydrogène, les pesticides, conservateurs et solvants en tout genres.


Le véritable cuir végétal ou « éco-cuir »

 

Richard Wool est un professeur et ingénieur américain récompensé en 2014 par le World Green Design Award, le grand prix des innovations écologiques. Il a conçu un « éco-cuir » en associant des matières naturelles comme le coton ou le lin avec le maïs ou le soja, ainsi qu'avec des huiles végétales. Le produit de ses recettes aboutit à une matière qui présente des caractéristiques similaires au cuir. Résistant à l'eau, perméable à l'air et robuste, l'éco-cuir coûterait moins cher en production et serait biodégradable. S'il n'est à ce jour pas encore commercialisé, les grandes marques de sport telles que Adidas ou Nike étudient sérieusement le sujet. Cette innovation technologique est décidément une alternative éthique et écologique qui promet à ce cuir végétal de faire beaucoup parler de lui dans les années à venir. 


La petite famille du « cuir vegan »


14199312_675099969310162_6685917310924397510_n-800x800.jpgLe cuir d'ananas
Cette invention espagnole appelée « Piñatex » est fabriquée à partir des feuilles de l'ananas. Ce sous-produit des récoltes de fruits est biodégradable et à l'impact environnemental minime. Les fibres des feuilles récoltées et après mixtion présentent un matériau résistant et souple et comparable au cuir. On peut en prime lui attribuer la texture que l'on souhaite.

Le cuir d'eucalyptus
Les fibres issues des feuilles d'eucalyptus offrent également un matériau très résistant après transformation. Sans pesticides et en circuit court uniquement, le cuir d'eucalyptus est actuellement produit en Allemagne.

Le cuir de champignon
C'est une matière dénommée « Muskin » qui s'obtient à partir des chapeaux de champignons et sans tannage chimique. Élaboré en Italie, ce cuir de champignons est à la fois biodégradable et parfaitement écologique. Sa ressemblance avec le daim serait à s'y méprendre et on lui vente ses qualités de souplesse. Perméable à l'air et naturellement déperlant, cette matière organique empêcherait aussi le développement des bactéries.

Le cuir d'hévéa
C'est au Brésil que l'on fabrique le « tissu de la forêt » ou cuir d'hévéa. A partir de la sève de la plante, on obtient un latex végétal et 100% écologique et aussi résistant et souple qu'un cuir.

Le liège
Aujourd'hui, on le retrouve ordinairement dans la maroquinerie. Parce qu'il est totalement naturel, léger, imperméable et résistant, l'utilisation du liège est de plus en plus développée et il peut être utilisé de la même façon que le cuir. On le récolte de l'écorce du chêne liège et sa conception est éthique et sans impact environnemental.


Il existe encore bien d'autres alternatives à la peau animale. On pourrait aussi parler de cuir de thé de kombucha, des algues ou du cuir à base de résidus de raisin... Dans tous les cas, il est sûr que nous n'avons pas fini d'entendre parler du cuir végétal et que le cuir, au sens large du terme, voit sa famille s'agrandir au fil de son histoire millénaire et n'a décidément pas fini de nous surprendre et de nous apprendre à vivre avec notre temps.



Les différents types de tannage pour le cuir

Nous l'avions abordé dans une autre article, Qu'est-ce que le cuir et d'où vient-il?, différentes étapes sont réalisées avant d'arriver à l'opération du tannage. C'est ici que le cuir prend son aspect et surtout sa couleur définive. Différents types de tannages existent, nous allons les aborder ici.

 

Le tannage végétal

 

le-tannage-vegetal-du-cuir.jpg

 

Le tannage est l’opération qui consiste à transformer la peau en cuir grâce à des tanins, substances de différentes natures (végétal, minéral ou combiné) qui permettent de passer d’une peau putrescible, à une matière imputrescible le cuir. 

Le tannage végétal est la méthode la plus ancienne. Il nécessite l’emploi de tanins végétaux qui peuvent être très variés : écorces d’arbres (de chêne le plus souvent de mimosa, châtaignier, quebracho …), de feuilles ou de racines. Le choix du tanin utilisé dépend de l’espèce animale dont provient la peau et des propriétés recherchées pour le cuir. Le tannage végétal peut s’effectuer par trempage des peaux dans des cuves contenant les tanins ou dans des foulons de tannerie. Il se réalise lentement sur des périodes allant de quelques jours à plusieurs mois. Il produit des cuirs souvent fermes voire durs, utilisés dans la fabrication de semelles, de selles, de bandoulières et poignées de sacs, de ceinturons, dans l’ameublement, etc.

 

Le tannage minéral ou appelé aussi au chrome

 

le-tannage-au-chrome-du-cuir.jpg

 

Le tannage minéral est la méthode la plus courante. Il nécessite l’emploi de tanins minéraux : sels de chrome, sels de fer, sels de zirconium… Ce type de tannage s’effectue par trempage des peaux dans des foulons. Le tannage le plus utilisé est celui qui s’effectue au moyen de sels de chrome, technique découverte à la fin du XIXème siècle. Très rapide (de quelques heures à quelques jours), il produit des cuirs plus ou moins souples selon les conditions opératoires, présentant une grande résistance à la traction et aux déchirures et supportant des températures élevées. 

 

Du cuir tanné au cuir fini

 

Cette partie du process a pour but de transformer le cuir tanné en cuir fini, prêt à être façonné. Elle comporte de nombreuses opérations manuelles, mécaniques et chimiques au cours desquelles le tanneur tiendra compte des caractéristiques recherchées selon le type de commande et l’utilisation ultérieure du cuir.

 

Retannage : Les peaux sont remises dans des foulons contenant des tanins et des matières grasses pour subir un léger retannage. 

Essorage : Un premier essorage servant à éliminer une grande quantité d’eau est effectué à la presse ou au moyen d’une machine munie de cylindres de feutre.

le-tannage-mise-au-vent-du-cuir.jpg

 

 

 

Mise au vent : Les peaux sont ensuite suspendues pour le séchage soit à l’air libre dans des greniers, soit en étuve équipée d’un système de ventilation d’air chaud ou sur des cylindres chauffants.
Les peaux ainsi séchées sont raides.

 

 

 

le-tannage-debrayge-du-cuir.jpg

 

 

 

Le Dérayage : Le dérayage permet d’égaliser l’épaisseur des peaux. 

 

 

 

 

le-tannage-mise-en-humeur-du-cuir.jpg

 

 

Mise en humeur Palissonnage : Le tanneur procède alors à la mise en humeur, c’est-à-dire à leur humidification légère et harmonieuse afin de les préparer à l’opération suivante qui consiste à les assouplir. Il s’agit du palissonnage aucours duquel le professionnel exerce une pression plus ou moins forte sur la peau placée contre les lames arrondies d’une roue tressautante. 

 

 

 

le-tannage-grainage-du-cuir.jpg

 

Grainage : L’impression qui s’effectue par pression d’une plaque gravée sur le cuir est une technique utilisée pour créer un grain artificiel sur le cuir, pour décorer le cuir de dessins en relief.

 

 

 

 

 

Toutes ces opérations de finition confèrent à la matière des propriétés protectrices contre les tâches, le frottement, l’eau ou la lumière ainsi que des caractéristiques esthétiques concernant la brillance, la couleur, le toucher ou le relief.

 

le-tannage-veloutage-du-cuir.jpg

 

 

Veloutage : Le veloutage s’effectue par meulage ou par ponçage très doux pratiqué sur la fleur pour donner un cuir nubuck ou côté chair pour donner du velours.

 

 

 

le-tannage-lissage-du-cuir.jpg

 

 

Le Lissage : Le lissage ou satinage est destiné à rendre le cuir lisse et brillant. Il est réalisé par frottement d’un cylindre de verre ou d’agate sur la fleur ou par pressage du cuir contre une plaque chauffée.

 

 

 

 

le-tannage-lieage-du-cuir.jpg

 

 

La liéage : Le liégeage se fait au moyen d’une machine équipée de cylindres de liège ou à la main et permet d’amplifier l’aspect du grain sur la fleur. 

 

 

 

 

Source et Graphiques : Conseil National du Cuir



Qu'est-ce que le cuir et d'où vient-il?

On le trouve partout : pour se chausser, pour se vêtir,  pour transporter, pour embellir ou protéger des objets... bref cette matière est utilisée depuis des milliers d'années dans notre quotidien. Mais savez-vous exactement ce qu'est le cuir ? De quel animal et de quelle partie ? Existe-t-il plusieurs plusieurs finitions et qualités ?

 

Le cuir, c'est quoi exactement ?

 

On nomme « cuir », la transformation d'une matière putrescible (la peau d'un animal), en un produit durable et imputrescible. Pour avoir un article fini, il faut faire appel au mégissier ou au tanneur. Le premier va traiter les peaux de chèvre, chevreau, mouton et agneau, et le deuxième toutes les autres (bovins, mais aussi reptiles). Il est donc normal que nous retrouvions régulièrement des usines de délainage à côté, ou directement associées, à celles de mégisserie. Par définition sont donc excluent de cette dénomination, toutes les matières non issues de la transformation de la peau animale. 

La fabrication du cuir

L'industrie de lait et de la viande est étroitement liée à celle du cuir. L'un ne va pas sans l'autre. Il va donc de soit, que cette filière soit aussi concernée par le bien-être de l'animal. On dit à raison qu'un animal maltraité ne donne pas une belle peau. De fait, depuis des années le Syndicat Général des Cuirs et Peaux (SGCP), la Fédération Française de la Tannerie Mégisserie (FFTM) et le Conseil National du Cuir (CNC), aidés de CTC, mènent des actions de sensibilisation auprès des éleveurs et des abatteurs pour les inciter à vacciner les animaux, leur administrer des traitements antiparasitaires, améliorer les installations d’élevage et les conditions de transport. L'environnement est aussi au coeur de cette filière florissante. Les entreprises de la tannerie mégisserie sont soumises à la législation française et européenne sur les installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE).

 

Cuir, une appellation protégée et réglementée.

 

« L’utilisation du mot « cuir » […] est interdite dans la désignation de toute autre matière que celle obtenue de la peau animale au moyen d’un tannage ou d’une imprégnation conservant la forme naturelle des fibres de la peau. » - article L.214-1 du code de la consommation – Il existe des matières pouvant qui ressemblent, qui sont issues de fruit ou de légumes, comme l'ananas ou le champignon, mais il ne peut y avoir le mot cuir associé à cette matière. L'imiation est aussi un problème pour cette filière. Les consommateurs sont régulièrement piégés par des matières qui imitent ses dessins et son aspect visuel. Il faut parfois être un fin connaisseur pour les différencier. Attention donc aux dénominations tannage végétal (transformation avec des tannins végétals) et vegan (matière non issue de la transformation de peaux animales).

Autre problème, il existe depuis quelques temps des matières issues du cuir, mais qui n'en est pas. C'est simplement une matière composée de poussière de cuir, de colle et autres produits inconnues. Donc vous pouvez avoir des chaussures arborant le logo de cette noble matière sur ses semelles, mais pour autant ces dernières ne sont pas en cuir véritable. Pour plus d'informations, je vous invite à lire notre article sur la définition des logos des étiquettes des souliers.

AutreCuirCuir_Enduit.giftextile.gifDessus_de_la_chaussure.gifSemelle_exterieure.gifSemmelle_et_doublure_exterieure.gif

 

Au départ, le cuir est une peau.

 

La peau fait partie du Cinquième Quartier (toute partie de l’animal autre que la viande). Cette matière périssable doit suivre des procédés très strictes, pour être utilisée par la suite sur des chaussures, des sacs, des canapés... Sur les sites d’abattages, la peau est rigoureusement séparée de l’animal. Le gras et les muscles sont enlevés, cette opération se nomme le parage. 

L'élaboration du cuir

Ensuite, vient tout le procédé du tannage et de la conservation des peaux. C'est lors de ces étapes que la matière prend sa forme définitive : lisse, daim, nubuck... mais aussi sa teinte. Parmis ces procédés vous allez retrouver : 

Le salage des peux en cuir

 

Le salage : les peaux sont recouvertes de sel pour éviter leur dégradation et afin d'éliminer l'eau. Elles sont empilées les unes sur les autres afin de faciliter l'écoulement de la saumure. Cette étape peut aussi être réaliser en foulon (Tonneau tournant sur son axe, rempli d’eau et d’agents tannants)

 

 

 

Le saumurage des peaux en cuir

 

 

Le saumurage : les peaux sont plongés dans des bains remplis d'une solution saline.

 

 

 

 

Le séchage des peaux en cuir

 

 

 

Le séchage : Les peaux sont exposées à l’air libre ou en étuve afin de permettre leur déshydratation, avant pliage et stockage dans des chambres froides.

 

 

Le tri des peaux en cuir

 

 

 

Le tri : avant dêtre vendues aux différents tanneurs ou négociants, ces peaux brutes sont triés et classées en fonctions de leur qualité, leur poid et évidement leur espèce.

 

 

 

 

 

Le travail de rivière

 

Cette étape a pour but d'éliminer  l'épiderme, les poils et les tissus graisseux ainsi que de nettoyer les peaux afin d'améliorer la pénétration des agents tannants. 

Travail de rivière fabrication du cuirLa trempe ou reverdissage : on hydrate la peau, pour lui redonner un taux d'hydration optimal pour les étapes suivantes. On élimine toutes les impuretés et on ajoute de l'antiseptique pour évituer la putréfaction de la peau.

L'épilage et le pelannage : on va utiliser des produits chimiques pour détruire la kératine, pour qu'ainsi tous les poils soient éliminés. Le pelannage consite à dégrader la fibre, pour les tannins pénètrent plus facilement lors des étapes du tannage. C'est grâce à ce procédé que l'on peut donner plus ou moins de souplesse à la matière.

L'écharnage : à l'aide d'une machine nommé écharneuse, on supprime les tissus sous-cutanés, pour ne conserver que le derme, et ainsi avoir notre peau prête pour passer en tannerie.

La dernière étape est donc le Tannage, que nous abordons dans cette article.

Vous l'aurez compris, le cuir est un produit qui regroupe plusieurs métiers et savoir-faire. Ceci explique que votre veste en cuir véritable est plus cher qu'un blouson en simili-cuir. Mais ceci explique aussi pourquoi il faut l'entretenir et le nourrir avec de bons produits comme le cirage, et bien le protéger pour qu'il dure dans le temps.

Source et Graphiques : Conseil National du Cuir



- page 1 de 4